Point 10. LA MAISON CERETANA (IV – IIIe siècles av. J.-C.)

Point 10. LA MAISON CERETANA (IV – IIIe siècles av. J.-C.)

 

Deux types de propriétés ceretani ont pu être identifiés à partir de leurs dimensions. Les maisons adossées à la muraille méridionale sont plus grandes, avec une surface de 65 à 75 m2 environ alors que celles situées à l’Est oscillent entre 40 et 50 m2. Une proportion évidente de 1:2 dans la construction était observée, avec une longueur égale à deux fois la largeur. On pouvait également rencontrer un rapport de 1:√2, ces deux modèles métriques étaient propres au monde ibérique.

Toutes les maisons comptaient deux pièces, l’une devant l’autre. Le premier espace correspondait à une antichambre et était probablement à l’air libre ou à demi couverte par des portiques. Avec une surface quadrangulaire de 30 à 40 m2 (un quinzième de la zone Est), il pourrait s’agir d’une cour multifonction, où étaient réalisées des tâches comme la cuisine ou le stockage de denrées, mais également l’artisanat ou la mise en étable du petit bétail. La deuxième pièce, adossée à la muraille, constituait la chambre à proprement parler, de plan rectangulaire avec une surface moyenne d’environ 30 m2 (20 m2 pour celles de l’Est). C’est dans cette pièce que la vie domestique et familiale s’organisait, puisqu’elle remplissait les fonctions de salle de repos, de cuisine, de salle à manger, ou encore d’atelier pour des activités économiques telles que le filage, la fabrique de tissus, le moulage de métaux ou le stockage d’aliments. La cheminée constituait l’élément principal de cette pièce. Elle pouvait se trouver n’importe où et servait à fournir lumière et chauffage, mais aussi pour cuisiner les aliments. Parfois encore, la cheminée servait à certains rituels et liturgies, de type familial ou collectif.

Les murs étaient constitués d’un soubassement de blocs de pierre et un agrandissement en pisé. Les portes, situées sur les côtés de la façade consistaient en des ouvertures de 1 à 1,3 mètre de large avec un seuil de petites dalles d’ardoise. Le toit semble avoir été fait d’un solivage de bois et de branchages, mêlés à une couche de terre battue pour le rendre plus imperméable. Celui-ci était probablement marqué par des pentes prononcées. Un système de supports en bois répartis uniformément sur tout le périmètre de la salle, aidait à supporter le toit, le plafond et le petit mobilier. Il était fait d’une simple couche de terre battue.

Image : plan maison IV ceretana indiquée en rouge

Image : plan hypothétique maison ceretana IV

Illustration en couleur : perspective axonométrique de la maison ceretana avec visualisation de son intérieur.