Point 7. Le champ de silos

Point 7. Le champ de silos

Durant la phase ceretana du site archéologique, c’est dans la partie Ouest de l’espace publique central où se trouvaient les silos ou plutôt, le champ de silos, c’est-à-dire, un lieu de stockage massif.

Pendant le IVe siècle av. J.-C. il n’y avait pas d’endroit particulier réservé aux silos, et ceux-ci se trouvaient à l’intérieur des maisons. Ils se présentaient alors comme des rayons cylindriques d’entre 1,5 et 1,8 mètre de diamètre, qui prenaient fin à une profondeur d’entre 1,2 et 1,3 mètre, pour une capacité moyenne d’environ 2 m3. À partir de la seconde moitié du IIIe siècle  av. J.-C., les silos ont commencé à être disposés à l’extérieur des immeubles, et étaient un peu plus grands, avec une profondeur de 1,7 à 1,9 mètre, pour une capacité de jusqu’à 3 m3. Puis, pendant la première moitié du IIe siècle  av. J.-C., les silos ont définitivement été concentrés  en un seul et même espace, atteignant des diamètres de deux mètres et une profondeur de 2,7 à 3 mètres, pour des volumes de 4 à 5 m3.

Curieusement, la majeure partie des silos ont été bouchés pendant des reformes survenues vers la moitié du IIe siècle av. J.-C. Il est donc probable que pendant la phase républicaine, le stock de grain ait été réalisé dans des entrepôts spécifiques ou bien, concentré dans un autre site spécialisé à cet effet.

Un silo est un dépôt creusé à même le sol, d’ouverture circulaire et de contour plus ou moins globulaire, qui était employé pour stocker des aliments, principalement des céréales. Une fois plein, son ouverture était recouverte par une grande dalle de pierre ou bien avec un simple lit de terre et de paille. Après la consumation du peu d’oxygène qu’il restait à l’intérieur, l’humidité et la température constantes de la cavité assuraient la conservation des  céréales en évitant qu’ils ne germent.

Le stockage des produits agricoles à grande échelle, répondait à la volonté de conserver des graines pour pouvoir semer l’année suivante, ainsi qu’à la préoccupation d’avoir des réserves alimentaires pouvant faire face à d’éventuelles mauvaises récoltes ou encore, simplement pour accumuler des excédents dans le but de les commercialiser.

Image : Plan structure du champ de silos indiqué en rouge

Image : Graines du Castellot

Illustration en couleur : Perspective axonométrique du champ de silos avec visualisation des différents moments d’utilisation et de fonctionnement.