Point 4. Les grands bâtiments ibéro-romains. Le bâtiment II

Point 4. Les grands bâtiments ibéro-romains. Le bâtiment II

Vers le milieu du IIe siècle  av. J.-C., l’ancien village Ceretani a souffert de profonds changements urbanistiques, en se transformant en un centre de pouvoir et de contrôle territorial, et en évoluant vers un village fortifié composé de grands bâtiments. Dans certains cas ces constructions avaient une fonction bien spécifique, comme le Bâtiment III, de caractère symbolico-religieux, ou le Bâtiment IV, centré sur la production métallurgique ; mais dans d’autres cas, comme celui du Bâtiment II, la fonction était plutôt résidentielle et productive.

Il s’agit d’une enceinte rallongée de plan irrégulier qui se sert en grande partie des structures de trois des anciennes maisons. Les nouveaux murs construits font 45cm. d’épaisseur et ont une longueur équivalente à une pertica. Le Bâtiment occupe une surface totale de 203 m2 et se divise en deux corps.

Le corps méridional : Formé de trois pièces qui communiquent entre elles, qui devaient conserver la même surface que pendant la phase antérieure, et qui soutenaient chacune un étage supérieur. L’entrée du Bâtiment devait se faire par la chambre la plus à l’Ouest. Le revêtement du sol  était obtenu à partir d’une base de terre battue, et les toits étaient faits au moyen d’un solivage avec un branchage dessus. Ces espaces étaient fondamentalement destinés aux fonctions de type résidentiel et de support à la production.

Le corps septentrional : Il consistait en une grande cour avec une extension d’environ 100 m2. Sa seule compartimentation était une petite chambre rallongée située à l’Est avec à côté un grand bassin découpé à même le sol. Le corps était délimité sur trois de ses côtés par de hauts murs de pierre qui en laissaient l’accès libre uniquement autour de midi. C’était vraisemblablement la seule partie de la cour qui était couverte.

 

Le bassin est découpé de forme ovale de 4,5 par 3,5 mètres, et avait une profondeur d’au moins 5 mètres. Tant de l’eau, comme de la neige ou de la glace ont pu y être stockés à l’intérieur, tous étant des éléments très abondants en Cerdagne. La neige et la glace, à part le fait de constituer une réserve d’eau, étaient des éléments très appréciés pour leur caractéristique de pouvoir conserver les aliments, mais également dans les hautes classes sociales, le goût de la société romaine pour les boissons fraîches nous étant fort connu. L’extraction du contenu du bassin était réalisée grâce à un système de grues et de poulies, dont le contrepoids se situait probablement au centre de la cour.

 

Images. Plan de structure du Bâtiment II en rouge

Images : Plan hypothétique de la structure du Bâtiment II

Illustration en couleur : Perspective axonométrique du Bâtiment II, avec visualisation partielle de l’intérieur.