Point 2. L’entrée monumentale

Point 2. L’entrée monumentale

Vers la moitié du IIe siècle av. J.-C., toute une suite de réformes modifièrent complètement la physionomie de l’ancien site ceretani. Une de celles-ci, sans doute la plus monumentale, fut le changement de l’accès au village, avec la construction d’une grande entrée fortifiée située dans la partie centrale de la muraille, et qui impliqua la condamnation de l’ancienne entrée latérale. Les travaux obligèrent à la destruction de quelques-unes des maisons de l’époque ceretana et d’environ vingt-cinq mètres de ligne de muraille, ainsi qu’à la construction du nouvel accès,  flanqué de deux tours de base carrée avec un corps de garde adossé à l’une d’entre elles. Mise à part une meilleure défense du site, cette nouvelle entrée devint l’expression d’une nouvelle réalité politique, militaire et économique exercée par l’administration romaine, en multipliant la charge représentative et symbolique que détenait déjà l’ancien village. On observe toutefois dans cette porte monumentale, une volonté de coopération et de syncrétisme avec la culture ceretana, avec de rituels constitutifs qui suivent les patrons liturgiques propres au monde ibérique.

Les nouvelles structures défensives furent construites avec les matériaux et les techniques de tradition locale, en utilisant une grande quantité de dalles d’ardoise disposées horizontalement, mais aussi quelques blocs de pierre et de graviers, le tout cimenté avec de la terre et de la boue. Les constructions suivaient les mesures de surface basées sur la pertica et ses multiples. La pertica ou la decempeda était une unité de mesure romaine équivalente à dix pieds romains (29.6 cm.), soit 2,96 mètres de longueur. Son utilisation dans la plupart de nouvelles édifications démontre bien l’existence d’une planification aux reformes suivant les critères de construction romains.

L’accès consiste en une ouverture d’une pertica de large avec la porte à double battant placée du côté de l’intérieur des murs. Un fois dedans, un grand couloir conduisait au centre du village. Dans la partie interne de la porte, tout de suite à droite, fut construit un puits en demi-cercle, probablement à des finalités rituelles et héritant de la signification culturelle que l’entrée avait déjà pendant la phase ceretana.

Deux tours quadrangulaires flanquent l’entrée et dépassent par rapport au tracé de la muraille. Ces tours ont une largeur interne d’une pertica  (2,95 mètres) et externe de deux perticae (5,9 mètres), soit des murs d’une demie pertica d’épaisseur (1,5 mètres). La circulation se réalisait probablement à un niveau supérieur, coïncidant avec le chemin de ronde de la muraille, et probablement  sa hauteur ait dépassé les six mètres.

 

Images : Plan hypothétique Entrée et tours, indiquées en rouge

Illustration en couleur : Perspective axonométrique depuis l’extérieur de l’entrée, les deux tours de flanquement et le corps de garde