Point 13. La muraille médiévale

Point 13. La muraille médiévale

Le village médiéval du Castellot était entouré par une muraille périmétrique qui le défendait et le délimitait. Elle avait une épaisseur d’entre 1,2 et 1,3 mètre et était construite selon le double parement d’opus spicatum typique de cette période. Bien qu’un maximum de seulement 1,5 mètre de haut soit conservé, il est probable que la hauteur originale de la muraille ait été d’au moins cinq mètres. Au sommet, un chemin de ronde permettait certainement une communication rapide sur toute sa circonférence.

La muraille fut tracée ex novo sans tenir compte des anciennes structures, à l’exception de la partie frontale du site, où les fondements de l’ancienne muraille ceretana ont servi à consolider la nouvelle.

Le document de l’an 1035 fait sûrement référence au site défendu par ces puissantes murailles, puisqu’il parle de différents châteaux de Cerdagne, dont celui du Puig de Bolvir.

L’accès au site archéologique depuis la strata ceretana, située, plus ou moins sur le tracé de l’actuelle route N-260, était effectué par les latéraux, suivant des pistes pavées qui remontaient les pentes de la Corona. Une d’entre elles est encore visible sur l’esplanade orientale, construite avec des blocs de pierre qui viennent légèrement terrasser la topographie, et d’une largeur d’entre 1,6 et 1,9 mètre.

 

Illustration  en couleur : Perspective axonométrique de la muraille médiévale