Point 12. LA TOUR ET LA POTERNE MEDIEVALE

Point 12. LA TOUR ET LA POTERNE MEDIEVALE

 

Au Moyen-âge, le village était défendu par une muraille périmétrique. Ainsi, la fortification du site était complétée par une tour de guet située au coin sud-ouest. Ce corps était fait de grands murs de plus d’un demi-mètre d’épaisseur, en utilisant la technique de l’opus spicatum.

Il s’agit d’une structure de plan quadrangulaire de 6,3 par 6,1 mètres (soit 39 m2), dont l’un des accès se situait au rez-de-chaussée, après avoir traversé la façade est par une porte de 1,3 mètre de large. Elle disposait d’un seuil composé de dalles de pierre qui menait à une pièce lumineuse sans compartiments.

Dans tous les cas, il est probable que ce n’était pas la seule porte qui existait. Elle communiquait probablement avec la muraille, laissant ainsi supposer l’existence d’une entrée à la hauteur du chemin de ronde, qui donnait sur l’étage du dessus. Une échelle mobile facilitait certainement les allées et venues entre les étages.

Il faut entendre l’emplacement angulaire de la tour selon sa fonctionnalité, d’où son nom de tour de guet. Depuis son sommet, à plus de cinq ou six mètres de hauteur, tout le tiers Ouest de la région pouvait être vu et contrôlé.

À côté, on trouve une première poterne. Elle consistait en une ouverture de 1,6 m environ de large qui donnait sur un long passage de 8,5 m de large. Cet accès au village était bien protégé par la présence imposante de la tour.

Image : plan de la tour indiqué en rouge

Image : plan hypothétique de la tour

Illustration en couleur : perspective axonométrique de la tour médiévale depuis l’intérieur du village, avec la visualisation partielle de son intérieur.